La trilogie Le Secret de Lomé – Alexiane de Lys

Pour la sortie récente de l’intégrale de la trilogie Les ailes d’Emeraude, que je ne vous présente plus, je vous propose de vous parler ici de la nouvelle saga de la talentueuse Alexiane de Lys, qui s’impose définitivement comme une de mes autrices favoris, j’ai nommé Le Secret de Lomé. Retour sur les aventures de Lomé, la nouvelle héroïne au caractère bien trempé et à la destinée incroyable.

Si vous avez déjà lu mon article sur la trilogie Les Ailes d’émeraude, vous savez que son auteure, Alexiane de Lys, a déjà su se frayer un chemin dans mon cœur pour se loger juste à côté de JK. Rowling (qui est et restera à jamais mon auteure préférée). Et si vous avez lu la trilogie susnommée, je pense que vous comprenez pourquoi 😉

Tout cumulé, cette nouvelle trilogie dépasse les 1000 pages de lectures, mais loin de vouloir vous effrayer, je vous rassure : l’écrit est si fluide et l’intrigue si captivante que vous engloutirez ces livres en un temps record. De plus, je considère cette trilogie comme un seul et même gros roman, qui vérifie l’adage selon lequel « une bonne histoire ne doit pas être divisée, elle doit être distillée » (Raymond Chandler). En effet, certains éléments ou personnages peuvent être introduits à un moment donné sans être particulièrement approfondis, avant de resurgir quelques chapitres plus loin, voire quelques tomes plus tard, et apporter des éléments de réponse ou de nouveaux rebondissements. Un peu comme le fait si bien JK. Rowling dans Harry Potter, et qui me plait tant.

Vous voyez de quoi je veux parler ? Qu’en pensez-vous ? 🙂

Je ne vais donc pas plus m’éterniser, et entrer dans le vif du sujet, tome par tome !

Tome 1 : Le secret de Lomé

(Mai 2018) – 346 pages

Lomé mène une vie parfaite, jusqu’au jour où, lors d’une excursion, elle tombe au fond d’une grotte et resurgit dans une contrée inhospitalière et terriblement dangereuse : Bâl’Shanta. Dans ce monde peuplé de créatures extraordinaires, la jeune fille, qui a toujours obtenu ce qu’elle voulait, découvre une civilisation organisée en castes et se retrouve assimilée à celle des esclaves.
Pour survivre et espérer rentrer chez elle, Lomé devra faire preuve d’une grande force de caractère et se battre. Heureusement elle pourra compter sur le soutien d’alliés inattendus…

Dès les premières lignes, j’étais conquise ! Bon, c’est vrai, ayant dévoré et adoré la trilogie précédente de l’autrice, je partais avec un a-priori très positif, et il m’en aurait vraiment fallut beaucoup pour que je daigne admettre que le livre n’était pas à la hauteur de mes espérances (sans mauvaise foi aucune, évidemment :p ). Heureusement, et sans déception, Alexiane de Lys a tout de suite su me plonger dans son univers de low-fantaisy.

On démarre sur Terre, dans le sud de la France plus précisément, avec une Lomé populaire et hautaine envers ses camarades, mais dont on perçoit déjà une certaine sensibilité et un passé tumultueux. Malgré ses remarques dédaigneuses, voire carrément méchantes, Lomé arrive tout de même à me toucher dès les premières pages de ce roman, et ce, sans tomber dans un quelconque cliché.

Puis, à l’issu d’une sortie scolaire qui tourne mal, Lomé est propulsée sur un autre monde, et tout s’accélère : elle y découvre Bâl’Shanta à ses risques et périls, cette planète aux premiers abords inhospitalière; y rencontre des personnages qui seront des alliés de taille, des ennemis, ou juste de passage…

A l’inverse, les quelques éléments introduits et non approfondis sonnent comme une belle promesse de les revoir par la suite. Or, chose promise, chose due : la suite de la saga ne démentira pas mes propos 😉

Pour résumer, ce premier tome pose le cadre et le décor, introduit les personnages principaux dans toute leur complexité, et soulève bien des questions qui, je le sais déjà, trouveront leurs réponses dans les tomes suivants…

Tome 2 : L’Odyssée de Lomé

(Mars 2019) – 363 pages

Lorsque Lomé est arrivée dans l’univers inhospitalier de Bâl’Shanta, le prince Iollan l’a prise sous son aile et aidée à retrouver son monde à elle. Mais leur mission a échoué, et Lomé doit désormais tenter de survivre sans la présence rassurante de celui qu’elle aime à son côté.
Quand Iollan réapparaît des semaines plus tard, il doit se cacher : son père menace de le faire exécuter à tout moment. Sa décision est prise : il va accompagner Lomé sur Terre… mais quel est le prix à payer pour quitter Bâl’Shanta ?

C’est toujours difficile de parler du 2ème tome d’une trilogie. En effet, autant les premiers tomes d’une saga peuvent se lire comme un livre unique (la plupart du temps), autant ce volet-pivot tient une place centrale dans l’intrigue, car il fait le lien entre le tome 1 et le tome 3. Ainsi, je vais tenter de développer ma pensée, sans pour autant trop en dire pour ne pas gâcher le plaisir de votre lecture 🙂

Le tome 2 porte bien son nom, car c’est dans ce livre que Lomé va affronter d’innombrables dangers, tout en continuant de se chercher, se former, grandir et faire évoluer sa mentalité. Lomé attire à elle les problèmes et les situations incongrues, pour mon plus grand bonheur, car ma lecture ne subit pas de repos non plus !

Ce livre sans temps mort va de rebondissements en rebondissements, et, si certaines questions obtiennent des réponses dans ce 2ème volet, nombreuses sont celles qui restent toujours en suspens, ou qui s’ajoutent à la liste.

L’envie de lire la suite n’en est que plus forte, plus virulente, et mes attentes concernant le 3ème et dernier tome vont en s’amplifiant, surtout que ce 2ème volet se termine sur un splendide cliffhanger

Tome 3 : La Destinée de Lomé

(Novembre 2019) – 444 pages

Lomé et Iollan ont quitté Bâl’Shanta et arrivent sur Terre, à la recherche du sang d’Audran, le plus puissant de tous les dragons. Là, Lomé doit faire face à une vérité bouleversante : ses proches la croient morte depuis des mois. Mais d’autres secrets, bien plus anciens, l’attendent – des révélations qui changeront sa vie pour toujours et lui prouveront qu’elle n’a jamais été celle qu’elle pensait être.
Quand le moment vient pour elle de retourner à Bâl’Shanta avec Iollan, Lomé doit prendre la décision la plus difficile de sa vie : une fois qu’elle aura quitté la Terre, elle ne pourra plus y revenir… Mais si ses proches ont fait le deuil de Lomé, est-elle prête à les abandonner à jamais ?

Ayant commencé la lecture des 2 premiers tomes en version numérique, j’ai attendu que le troisième tome sorte également en e-book pour pouvoir connaitre la suite et fin des aventures de Lomé, Iollan et leurs ami•e•s. Imaginez un peu ma tête déconfite lorsque le tome 3 est sorti dans les kiosques format broché fin novembre 2019, et que j’ai dû attendre mi janvier 2020 (soit près de 2 mois plus tard) de pouvoir enfin lire ce troisième et tant attendu tome. Je vous passe les cris d’hystériques que j’ai poussé quand enfin, ENFIN !, j’ai pu me plonger avidement dans ce dernier volet, et à quelle vitesse je l’ai avalé. 7h pour être exacte, ce qui est une bonne performance je trouve :p

Bref, le dernier tome a su apporter toutes les réponses aux questions que je me posais, notamment au sujet de certains personnages qui avaient été introduits mais qui avaient disparus sans plus donner de nouvelles. Il m’a apporté également son lot de surprises, de rebondissements et d’émotions vives (tristesse, indignation, colère… Mon cœur a fait les montagnes russes !)

Cependant, je ne peux m’empêcher de trouver la fin nostalgique et douce-amer (le départ de Stéphanie, de Cassio ou encore l’avenir incertain de Iollan et Lomé par exemple), et regretter aussi un certain manque d’explications, comblé par de trop nombreuses ellipses (quid du choix incompréhensible de Iollan vis-à-vis de sa dulcinée, l’attitude taciturne de Maîkan après son retour parmi les vivants, ou encore les retrouvailles avec Naoli, pour ne citer que ça ?). Quant à la partie avec les dragons, je l’ai trouvé un peu rapide. Bien pensé, là-dessus je n’ai rien à redire, et je trouve le fin mot de l’historie juste et bien trouvé, mais pas assez bien amené à mon goût.

Pour conclure…

Encore une magnifique trilogie à l’intrigue palpitante, riche en rebondissements et aux personnages incroyables, signée par une autrice de talent dont l’imagination n’a d’égale que sa plume. Malheureusement, je ne peux pas classer cette trilogie parmi mes favoris, à cause de la fin de l’histoire, que je comprends parfaitement et qui est bien expliqué (comme le dit Loula la dragonne, tout n’est pas tout blanc ni tout noir), quoiqu’un peu trop rapide à mon goût et me laissant seule face à une fin douce-amer.

A moins que ce ne soit la tristesse de dire adieu à Lomé et Iollan, ou encore cette sensation de vide mélancolique à l’idée d’être arrivé au bout de leurs aventures qui rende mon jugement moins objectif ? Comme on dit, un bon livre c’est vouloir connaitre la fin sans jamais le terminer (ou quelque chose comme ça).

Je vous encourage donc vivement à foncer lire cette trilogie, qui saura vous transporter dans cet autre monde qu’est Bâl’Shanta, à la faune et la flore étonnante, au milieu des Torgas et autres Fils de Tan ! 🙂

 

« Une bonne histoire ne doit pas être divisée, elle doit être distillée » – Raymond Chandler

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

leo. libero dictum accumsan ipsum eget diam ut commodo mattis Sed dolor