Je suis végétarienne et toujours aussi gourmande !

Végétarienne depuis maintenant 3 ans, ce sujet me tient particulièrement à cœur. Or, je reste une grande gourmande, et comme l’un n’empêche pas l’autre (et vas-y que ça mange gras, sucré, salé : après tout, le gras c’est la vie !), je me suis dis qu’il était grand temps pour moi de vous en parler pour dire stop aux idées reçues ! 😉

Pourquoi je suis végétarienne

La grande question que vous vous posez tous•tes, ou que l’on vous posera un nombre incalculable de fois si vous êtes également végétarien•ne (ou végétalien•ne, ou vegan), c’est « Pourquoi tu es végétarienne ? »

Avant de vous en expliquer les raisons, je tiens avant toute chose à rappeler ce qu’est le végétarisme, et ce pour éviter toute confusion ou tout quiproquo par la suite :

Le végétarisme (avec un « r ») est un régime alimentaire excluant toute chair animale (viande, poisson), mais qui admet en général la consommation d’aliments d’origine animale comme les œufs, le lait et les produits laitiers (fromage, yaourts).

Le végétalisme (avec un « l ») est un régime alimentaire excluant tout aliment d’origine animale.

Le véganisme est un mode de vie alliant une alimentation exclusive par les végétaux (végétalisme) et le refus de consommer tout produit (vêtements, chaussures, cosmétiques, etc.) issu des animaux ou de leur exploitation.

Pour rappel, mon présent article n’a pas pour vocation de vous « convertir » au végétarisme (qui, me dois-je de le rappeler, n’est PAS une religion mais un choix personnel), mais de vous présenter par A + B ce qui m’anime et ce que je fais au quotidien.

Si, bien sûr, j’arrive à vous sensibiliser à ce sujet, j’en serai ravie, et dans ce cas, dites-le moi en commentaire 🙂 !

Donc, pour répondre à la question cruciale que vous vous posez tous•tes, je pourrai répondre : parce que je fais ce que je veux de ma vie et de ce que je mets dans mon assiette, non ? *Jette un froid sur l’assemblée qui se disperse autour d’elle*

Je vous taquine ! Plus sérieusement, ça vous intrigue, vous voulez savoir, et je comprends. Ça me fait même très plaisir de répondre à cette question ! Moi aussi je me suis questionnée à de maintes reprises avant de passer le cap 😉

Les raisons qui m’animent sont multiples, bien sûr, mais il y en a 2 qui priment :

  • La première concerne la condition animale

    Crédit photo : DV @Les_livres_du_Laurier

Je n’imagine pas ma vie sans animaux, et pour avoir grandit entourée de chats et de chiens, je peux vous affirmer que ce sont des êtres doués d’intelligence et de sentiments -sans pour autant faire d’anthropomorphisme. Or, comment peut-on considérer certain animaux comme des animaux de compagnie et en considérer d’autres comme de simples morceaux de viande ? C’est ce qui s’appelle le spécisme. Et je suis contre.

De plus, d’un naturel très sensible, voir un animal élevé dans le seul but d’être sailli, torturé pour le plaisir ou sous prétexte de traditions ancestrales barbares, mené à l’abattoir ou chassé, me rend terriblement triste (le mot est faible) et me coupe l’appétit. C’est simple : dorénavant, je ne considère plus un steak comme un bon repas à partager en famille le dimanche, mais comme un morceau de cadavre dans mon assiette.

Ainsi, le seul moyen que j’ai trouvé pour lutter contre le spécisme à mon échelle, c’est de cessez ma consommation de viande et de poisson.

  • La seconde concerne l’environnement

Vous vous souvenez de mon article (cliquez ici pour le lire) au sujet de mon engagement Zéro Déchet ? Eh bien, c’est en partie lié, mais pas que. Saviez-vous qu’il faut 15 000 litres d’eau pour faire 1 kg de viande de bœuf, pour seulement 800 litres d’eau pour 1kg de blé ?

Ajoutez à cela que le jour du dépassement avance d’année en année (je vous invite vivement à lire cet article (cliquez ici pour le lire) qui vous explique ce que c’est et à quoi c’est dû), et vous verrez que le calcul est vite fait !

Pour résumer : je suis végétarienne car je suis contre la souffrance animale, pour le préservement de l’environnement, et qu’en plus cela me permet de faire des économies de dingue et d’avoir une alimentation plus variée. Pour finir, et surtout, cela me permet d’agir à mon échelle et d’être en congruence avec moi-même.
Que demander de plus ? 🙂

Et vous, quelles sont les raisons pour lesquelles vous êtes végétarien•ne•s / végétalien•ne•s / végans, ou qui pourraient vous donner envie de le devenir ? 🙂 

Comment je suis passée du côté obscur de la force

Tout comme Anakin n’est pas devenu Dark Vador du jour au lendemain, je ne me suis pas réveillée un matin en me disant « Tiens, aujourd’hui, je deviens végé ! ». Non. Ce sont des années de sensibilisation à l’aide de films, de documentaires, de lectures, de rencontres etc. qui m’ont doucement invitée à me questionner sur mon mode de consommation, puis à finalement passer le pas.

  • Je me suis renseignée

J’ai beaucoup échangé avec les végétariennes de mon entourage, pour connaitre leur point de vue, leur mode alimentaire; je leur demandais conseil, je lisais des articles et des blogs sur internet. Bref, je me suis informée, tant pour me rassurer que pour rassurer mon entourage.

  • J’ai commencé progressivement

Je n’ai pas arrêté la viande et le poisson du jour au lendemain, ça non !
Déjà, parce que le choc aurait été un peu rude, et j’avais lu qu’il valait mieux y aller progressivement au lieu de tout stopper (un peu comme lorsque vous voulez arrêter de fumer, bien que ce sujet-là ne me concerne pas; le tabac, c’est tabou !).
Ensuite, parce que, comme je l’ai dit plus haut, je n’ai pas pris cette décision du jour au lendemain.
Enfin, parce que j’avais dans mes placards et mon frigo des mets à terminer et, dans un soucis de ne rien jeter, je voulais tout finir mais sans rien racheter par la suite.

Je ne me souviens plus exactement par quoi j’ai commencé… Je crois me souvenir que j’ai débuté le processus en arrêtant d’acheter de la viande et du poisson en grande surface ou en barquette, pour acheter directement chez le boucher ou le poissonnier : je faisais ainsi marcher l’économie locale, et les prix étant drastiquement plus élevés (mais pour une viande/poisson de meilleure qualité), j’en consommais moins.

De la même manière, lorsque je sortais au restaurant ou chez des ami•e•s, ou lorsque je recevais, sans rien dire à personne, je préférais manger/cuisiner des mets sans viande ni poisson.

Je remplaçais les steak hachés par des steak veggies, les lardons par du tofu fumé, et les émincés de poulet par du soja déshydraté.

Je ne rachetais pas de charcuterie ni de thon en conserve une fois que j’avais terminé ceux que j’avais dans mes placards, en revanche j’achetais des ingrédients jusqu’alors peu commun dans ma cuisine, tels que des haricots rouges, des lentilles ou des pois chiches…

Et de fil en aiguille, je suis devenue végétarienne.

  • Les débuts étaient le plus dur

Si vous êtes végé’ vous savez de quoi je parle : toujours devoir se justifier, expliquer pourquoi, dire « non merci » des dizaines de fois, subir les remarques et les jugements. Si vous n’êtes pas (encore) végé’, vous savez maintenant à quoi vous attendre, mais haut les cœurs !

Dur aussi de résister à un bon Big Mac le soir, que vous avez une faim de loup, la flemme de cuisiner, que vous êtes fatiguées et que vous passez devant un MacDo d’où s’échappe une douce fragrance.

Mais dans ce cas-là, rappelez-vous pourquoi vous avez fait ce choix, et je vous assure que ça calmera vos ardeurs et autre fonc’dalle :p

  • Bilan

Aujourd’hui, 3 ans après ma prise de décision, je n’ai plus envie de manger de viande ni de poisson, et la question ne se pose même plus. J’ai même mangé par inadvertance un morceau de jambon cru, caché sur une part de pizza, et je l’ai senti tout de suite avant de le recracher, car je n’en aime plus le goût ! Amatrice de bonne chair comme j’étais, je n’aurais jamais cru une telle chose possible !!!

En revanche, je continue à lutter face à mon entourage (pas tous, heureusement) qui ne comprend pas -ou ne veut pas comprendre- les raisons pour lesquelles j’ai fais ce choix. Quant aux sorties au restaurant, je les appréhende toujours un peu, car à moins d’aller dans un restaurant spécialisé, il y a rarement beaucoup de choix et je repars souvent frustrée.

Mais bon, comme citerai mon chéri, qui a considérablement réduit sa consommation de viande et de poisson en même temps que moi -et en ça, je lui en suis infiniment reconnaissante-, mais qui ne dirait pas non à un petit boudin ou un bon steack de temps en temps :

Seuls les Siths sont aussi absolus…

Quelle idée d’être végétarienne aussi ! :p

Et vous, quelles sont vos éventuels freins à passer au végétarisme / végétalisme / véganisme ? 🙂

Je ne mange pas de graines !

Maintenant que les présentations sont faites en bonne et due forme, passons aux choses sérieuses.
Que mangé-je au quotidien ?

  • Je ne mange plus du tout de viande

J’ai dis adieu à la charcuterie, au poulet rôti, aux merguez-chipo des BBQ estivaux et aux rôtis de bœuf du dimanche midi. Adieu au couscous, au sandwich jambon-beurre, au parmentier de canard, au foie-gras et à la fondue bourguignonne. Bon, je ne vais pas vous mentir, le saucisson restera toujours dans mon cœur <3

Pour cela, j’ai dû modifier un petit peu mon mode de consommation pour pouvoir remplacer la viande par d’autres aliments, d’ailleurs très souvent plus riches en nutriments. Tofu, soja déshydraté, mais aussi lentilles, pois chiches ou haricots rouges font dorénavant parties de mon quotidien alimentaire.

  • Je ne mange plus autant de poisson qu’auparavant, même s’il m’arrive encore d’en consommer

Kwoua ?!?! Elle mange encore du poisson ?!?! Mais elle n’est pas végétarienne alors !!!

Eh ! Avant que vous ne montiez sur vos grands chevaux, je me permets de vous rappeler que le végétarisme n’est pas une religion, et que c’est un mode de vie que j’ai choisis 🙂 Je n’ai donc pas à me justifier, car le principal est que je sois en accord avec moi-même et mes valeurs.

A mes yeux, manger un sushi de temps en temps ou du tarama en période de fêtes, même si ça touche à mes valeurs, ça n’enlève pas que je me considère comme végétarienne. En revanche, je ne mange plus de gros poisson ni d’huîtres, par exemple.

De plus, s’il a été compliqué -voire s’il est toujours difficile- de faire comprendre à mon entourage que je ne mange plus de viande, c’est peine perdue en ce qui concerne le poisson… Quand vous refusez la viande que votre grand-mère vous sert, 1 fois, 5 fois, 10 fois, puis qu’au bout de quelques temps elle vous annonce fièrement qu’elle a cuisiné sans viande expressément pour vous, et qu’elle vous sert un pavé de saumon… Eh bien, je ne sais pas vous, mais moi je n’ai pas eu le cœur à refuser.

Bref. Il m’arrive de manger du poisson. 

  • Je ne bois plus de lait de vache

Bien que je n’envisage pas -encore- de me passer de fromage, je ne mange que très peu de yaourts, et je ne bois plus du tout ni ne cuisine avec du lait de vache. Je préfère le remplacer par des boissons d’avoine, de châtaigne, de riz, d’amande etc… qui offrent une large gamme de choix, pour le plus grand bonheur de mes papilles ! *slurp*

De la même manière, il m’arrive fréquemment de remplacer le beurre de cuisine par de l’huile de coco, ce qui n’altère pas le goût et ajoute une senteur exotique à mes gâteaux (mention spéciale à mes pancakes).

En revanche, j’ai déjà essayé de pâtisser vegan, mais j’ai galéré comme un cochon à préparer mon dessert sans œufs… Ça s’est terminé en salade de fruit ^^

  • Je fais des prises de sang

Et je suis en excellente santé ! 😉 La flemme n’a aucun rapport avec la choucroute.

  • Si vous avez encore des doutes, des questions, ou que vous voulez en savoir plus…

Je vous invite à lire les BD de Rosa B., l’insolente veggie qui aborde avec humour et un esprit militant ce qui fait le quotidien des végétarien•ne•s, des végétalien•ne•s et des vegans aujourd’hui, en s’appuyant sur sa propre expérience, des témoignages et, bien évidemment, des faits avérés et chiffres scientifiques à l’appui : son blog par ici !

Et vous, que pensez-vous de tout ça ? 🙂

2 commentaires

  • Votre expérience & votre point de vue par rapport au végétarisme est très interessant. J’ai moi même réduit ma consommation de viandes & de poissons et je dois avouer que je savoure nettement plus un peu de bonne viande de temps en temps que manger de la viande de mauvaise qualité tout le temps.

    A bientôt pour votre prochain Article.

    L.

    • Bravo à toi Lou !!! Tu peux te féliciter de faire un geste pour la planète et ses habitants 🙂
      Au plaisir d’échanger avec toi,
      Daphné :*

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

venenatis, Aliquam odio accumsan libero. id pulvinar at Aenean mattis fringilla